33.60EUR

Béguin Gilles : L'Or des Amazones
[Or_amazone]

Béguin Gilles  : L\'Or des Amazones
Dans l'esprit du public cultivé, l'art des steppes reste indissolublement lié au musée Cernuschi, sans doute parce que René Grousset, son directeur de 1933 à 1952, publia l'immortel Empire des Steppes. Attila, Gengis-khan, Tamerlan en 1939. Et l'entrée, dès 1923 de bronzes dits "des Ordos" dans les collections, la présentation rationnelle de cet ensemble sans cesse enrichi lors de l'exposition La découverte de l'Asie : hommage à René Grousset en 1954, les dons prestigieux de Pierre David-Weill à la mémoire de ses parents en 1971 constituent d'autres importatnts jalons de cette vocation.

L'Or des Amazones, exposition dont le concept est dû à Véronique Schiltz, commissaire invité, renoue avec cet illustre passé. Nous sommes sensibles à l'accueil enthousiaste que nos colègues russes ont réservé à ce projet qui présente à Paris les résultats spectaculaires de fouilles récentes dans le delta du Don et le Kouban.

Par la qualité et la richesse des oeuvres, la clarté et le sérieux du propos, l'Or des Amazones perpétue l'exigence scientifique des expositions du musée Cernuschi.

L'exposition L'Or des Amazones se propose de montrer un choix de pièces prestigieuses illustrant un moment crucial de l'histoire des peuples nomades des steppes de l'Eurasie : celui où des apports venus de l'est (Sud de l'Oural, Asie centrale), renouvelant les formes traditionnelles de l'art scythe des steppes de l'ouest, génèrent un art nouveau.

Recueillant l'héritage raffiné du royaume du Bosphore et de la tradition antique, cet art transposé dans le bronze, l'argent, et surtout l'or, massif ou plaqué, souvent associé aux pierres de couleur turquoise, grenat, cornaline, corail, un patrimoine animalier splendidement "barbare", issu des profondeurs de la steppe. Cet art sarmate infléchira durablement les formes artistiques plus tardives et nourrira notre Moyen‑Age occidental.

Tous les objets exposés proviennent des musées du sud de la Russie avoisinant l'embouchure du Don et le rivage oriental de la mer d'Azov (Musée régional de Rostov‑sur‑le Don, Musée ethnographique d'Azov, Musée de Taganrog, Musée Cosaque de Novotcherkassk, Musée de Tanaïs, Musée de Krasnodar). La plupart sont issus de fouilles récentes et n'ont jamais été exposés à Paris.

Les critères de sélection ont certes privilégié le caractère spectaculaire et l'intérêt artistique des pièces choisies, mais plus encore leur signification archéologique et historique, le souci majeur étant de montrer des ensembles cohérents (objets provenant d'une même sépulture, parures complètes). Ainsi, pour la première fois, la très riche tombe de la princesse sarmate de Kobiakovo, mise au jour en 1987 et dont le contenu est aujourd'hui réparti entre deux musées, sera exposé dans sa totalité.

Plusieurs riches ensembles de tombes féminines associent armes et éléments de harnachement aux miroirs et aux bijoux, démontrant, preuves à l'appui, que derrière le mythe, transmis par la tradition antique, des redoutables amazones, ce peuple fabuleux de femmes chasseresses et guerrières, se profile la réalité d'une société nomade remarquablement égalitaire dans la répartition des tâches quotidiennes comme dans celle du pouvoir.

La première partie de l'exposition illustre la présence conjointe, sur le Don, des Scythes, des Sauromates, et des Grecs, tandis que la seconde partie présente les Sarmates entre Rome et la Chine.

Zone limite entre Asie et Europe pour les Anciens unanimes, cette région du Don a été le théâtre de contacts déterminants, le creuset où sont venues se fondre formes d'art "classique" et "barbare".

Gilles Béguin
Musée Cernuschi Musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris
300 pages.

Peuples Nomades entre Asie et Europe
6ème siècle av. J.-C. - 4ème siècle ap. J.-C.

Avis des clients
Nous acceptons :
Partager un produit
Partager par Mail
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Recherche rapide
 
Utilisez des mots-clés pour trouver le produit que vous recherchez.
Recherche avancée




A partir de 49 euros!
(pour la France)