4.00EUR

GARY Romain : La vie devant soi
[2070420310]

GARY Romain : La vie devant soi
Entre Madame Rosa et Momo, c'est un amour maternel qui ne passerait pas par les liens du sang, c'est l'amitié entre les peuples juif et arabe, c'est le poids de l'Histoire allégé par l'appétit de vivre. Le roman se passe à Belleville, vingtième arrondissement de Paris, sixième étage sans ascenseur. Momo a dix ans, peut-être quatorze en réalité. Cela fait beaucoup de chiffres pour un môme qui réinvente le dictionnaire et a le sens de la maxime : " Je pense que pour vivre, il faut s'y prendre très jeune, parce qu'après on perd toute sa valeur et personne ne vous fera de cadeaux. " Lisez, vous serez touchés par les mots de Momo.

Biographie
Romain Gary, de son vrai nom Roman Kacew, était un romancier français d'origine russe, né le 8 mai 1914 à Vilnius (Lituanie), mort le 2 décembre 1980 à Paris.
Il arrive en France, à Nice, à l’âge de 13 ans. Après avoir fait son droit à Paris, il s’engage dans l’aviation et rejoint la " France libre " en 1940 où il sert dans les Forces Aériennes Françaises Libres. Il termine la guerre comme compagnon de la Libération et commandeur de la Légion d’honneur. Après la fin des hostilités, il entame une carrière de diplomate au service de la France. À ce titre, il séjourne longuement à Los Angeles (Californie), dans les années 1950, en qualité de Consul général de France.
Il fut l'époux de l'écrivain Lesley Blanch et de l'actrice américaine Jean Seberg, dont il divorça. Un peu plus d'un an après le suicide de celle-ci (septembre 1979, par ingestion de barbituriques) profondément affecté par la décrépitude liée à son propre vieillissement, il se donna lui-même la mort, en se tirant une balle dans la bouche.
Après sa disparition, on apprit que, sous le pseudonyme d'Émile Ajar, il était également l'auteur de quatre romans dont la paternité avait été attribuée à son parent Paul Pavlovitch, lequel avait assuré le rôle d'Ajar auprès de la presse et de l'opinion publique. Ajoutons qu'Ajar et Gary ne furent pas ses seuls pseudonymes puisqu'il a aussi commis un polar politique sous le nom de Shatan Bogat les Têtes de Stéphanie, et une allégorie satirique signé Fosco Sinibaldi (les lettres s, i et n masquant les g, a et r de Gar-ibaldi) L'Homme à la colombe.
Romain Gary est ainsi le seul écrivain à avoir jamais été, par volonté de mystification ambiguë (Gary et Ajar signifient respectivement "brûle !" et "la braise" en russe ; des phrases de l'un sont dans l'autre), récompensé deux fois par le Prix Goncourt, la première fois sous son pseudonyme courant, pour les Racines du ciel, en 1956 et la seconde fois sous le pseudonyme d'Émile Ajar, pour La vie devant soi, en 1975. Méprisé par la critique de son vivant, considéré comme auteur réactionnaire parce que diplomate Gaulliste, l'épisode Ajar fut le pied de nez au Tout-Paris littéraire d'un authentique génie de la langue qu'on ne cesse de redécouvrir aujourd'hui.
Plusieurs de ses livres ont été adaptés au cinéma, notamment Clair de femme (1979) par Costa-Gavras, avec Yves Montand et Romy Schneider dans les rôles principaux, et La vie devant soi (1977) par Moshé Mizrahi, qui remporta l'Oscar du meilleur film étranger, et dans le rôle de Madame Rosa, Simone Signoret remporta le César de la meilleure actrice.
Romain Gary a également réalisé deux films, pour lesquels il tint en même temps le rôle de réalisateur et celui de scénariste. Cette partie de son œuvre n'a guère connu de succès.
Romain Gary a donné son nom à une promotion de l'École nationale d'administration (2003-2005).

La vie devant soi Auteur : Romain Gary (Emile Ajar)
Paru en 2002
Editeur : GALLIMARD
Isbn : 2-07-042031-0

Collection : EDUCATION
Caractéristiques : Poche / 289 pages
Dimensions : 12,4cm x 17,8cm x 1,3cm.

Avis des clients
Nous acceptons :
vide
Partager un produit
Partager par Mail
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Recherche rapide
 
Utilisez des mots-clés pour trouver le produit que vous recherchez.
Recherche avancée




A partir de 50 euros!
(pour la France)