6.00EUR

Losev : Passion à la dialectique (en russe) Strast k dialektike
[5265009379]

Losev : Passion à la dialectique (en russe) Strast k dialektike
Lovre en russe, en peu défraîchi, 320 pages

Издание 1990 года. Сохранность хорошая.

Вступительная статья Вик. Ерофеева. :
Патриарх советской классической филологии, глубокий и оригинальный мыслитель А. Ф. Лосев (1893-1988) впервые вводит читателя в мир своих воспоминаний, размышляет о смысле прожитой жизни, рассказывает о духовной атмосфере 10-20-х годов, о впечатлениях, переживаниях, творческих прозрениях последующих десятилетий, о современниках - А. Белом, Вяч. Иванове, Б. Пастернаке и др.
В книгу также вошли его работы о жизненном пути и эстетике Вл. Соловьёва. Впервые публикуется ранняя (1919-1921) статья о Скрябине. Содержит фотоиллюстрации.

А. Ф. Лосев
Страсть к диалектике
Букинистическое издание
Издательство: Советский писатель. Москва, 1990 г.
Твердый переплет, 320 стр.
ISBN 5-265-00937-9
Тираж: 30000 экз.
Формат: 84x108/32

Philosophe et penseur religieux russe, traducteur et commentateur de la littérature antique et du Moyen âge.
- 1893 naissance à Novočerkassk. Fait ses études secondaires au gymnase et reçoit la médaille d'or.
- 1925 termine deux facultés : philosophie et philologie classique et histoire et philologie de l'université de Moscou. Il se fait vite connaître dans le cercle des philosophes russes : S. Bulgakov, P. Florenskij, E . Trubeckoj.
- Années 1920 Lossev enseigne à Académie d'Etat des Beaux Arts et prépare un cours d'«histoire des études esthétiques» au conservatoire de Moscou. De 1927 à 1930 il écrit son célèbre cycle d'ouvrages en 8 volumes : Le Cosmos antique et la science contemporaine, La philosophie du nom, La dialectique de la forme de l'art, La musique comme objet de la logique, La dialectique du nombre chez Platon, «La Critique du platonisme chez Aristote, Les recherches sur le symbolisme antique et la mythologie, Dialectique du mythe, Le cosmos antique, Essais sur le symbolisme et la mythologie antique.
- 1930 Lossev et sa femme sont arrêtes et condamnés à 10 ans de camps.
- 1933 Lossev presque aveugle est libéré à cause de son handicap et l'achèvement des travaux sur le Belamorkanal. Les Lossev sont réhabilités et obtiennent la permission de vivre à Moscou. A partir de 1944 il commence à enseigner à l'Institut pédagogique de Moscou.
C'est seulement après la mort de Staline que Lossev obtient de nouveau la possibilité de publier ses travaux. Sa bibliographie compte plus de 880 de titres dont 40 sont des monographies. De 1963 à 1994 a paru son ouvrage le plus important Histoire de d'esthétique antique en huit volumes. Pour 6 volumes édités à sa vie il a reçu le Prix d'Etat.
- Il meurt le 24 mai 1988.

Dans ses travaux Lossev s’appuie sur les idées de philosophes du passé : Platon, les néoplatoniciens (Plotin, Proclus et le néoplatonicien chrétien Denys l’Aréopagite). Il s’appuie également sur les doctrines de Hegel et certaines positions de Husserl. Pour la sémiologie et les sciences du langage contemporaines son étude du nom, qu’il a développé dans le cadre de la Glorification du nom a une grande valeur. En étudiant le nom, Lossev passe par l’histoire de l’hésychasme, les discussions sur l'idolâtrie au VII s., l'iconoclasme, l’étude de Grégoire de Palamas et d’autres. Dans son célèbre ouvrage La Philosophie du nom, écrit en 1923, il développe une étude sur l’essence de Dieu, son nom et ses énergies. Lossev comprend le nom non pas seulement comme un simple ensemble de sons, mais comme il a été conçu à l’époque du néoplatonisme aréopagite chrétien au VIe s. Selon Lossev, le nom exprime toujours l’essence d’une chose et en est inséparable. Le monde est créé par le nom et les mots. Ces idées sur le nom ont des relations avec celles des années 50-80 : « La théorie générale des modèles langagières », « La structure langagière ». L’étude de Lossev sur le nom est liée à son trvail sur le mythe et le symbole. Le mythe, selon lui, est le nom ouvert magique. Cela signifie que le nom possède un pouvoir particulier. Une certaine idée peut se manifester dans le nom et diriger les peuples. La fétichisation de l’idée ou sa mythologie fait vivre la société selon les lois de sa création (de la mythologie). La mythologie de l’être amène à la déformation de l’expression dans toutes les sphères de l’être : dans la vie sociale, dans l’économie, en science, dans l’art, de toutes les autres sphères de vie.

Avis des clients
Nous acceptons :
Partager un produit
Partager par Mail
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Recherche rapide
 
Utilisez des mots-clés pour trouver le produit que vous recherchez.
Recherche avancée




A partir de 50 euros!
(pour la France)